Libraire à l'heure du numérique

Les lectures de l’équipe 3

Nous vous présentons les lectures de l’équipe francophone de Feedbooks.

Mise en page 1 2 3
 Harry Potter: Collection Complète (1-7)
de J.K. Rowling
 En attendant Bojangles
de Olivier Bourdeaut
Le Liseur du 6h27
Prix Michel Tournier 2015
de Jean Paul Didierlaurent
Je vais m’y mettre
de Florent Oiseau
Voici venir les rêveurs
de Imbolo Mbue

 

11 5 7 6
Le Poids du cœur
de Rosa Montero
La jeune fille et la guerre
de Sara Novic
Extension du domaine de la manipulation
de Michela Marzano
Les simples prétextes du bonheur
de Nahal Tajadod
Les Mots entre mes mains
de Guinevere Glasfurd

 

8 A46458_Nous_sommes_tous_des_feministes.indd 10 12 9
 Belgravia
de Julian Fellowes
 Nous sommes tous des féministes
de Chimamanda Ngozi Adichie
 Lexicon
de Max Barry
Le Nom de la rose
de Umberto Eco
La Trêve
de Saïdeh Pakravan

Spéciale littérature sentimentale:

9782290107676_LeSecretDeJudith_couv.indd 9782290113738_LaSagaMcJamesT3_couv.indd 9782290079539_LaMusiqueDesSombresPassions_couv.indd 9782290085615_LesDemoisellesDeSwanParkT1_couv.indd 9782290055229_LeSecretDesFleurs_T1.indd
 Le secret de Judith
Secret #1
de Julie Garwood
Dans le lit d’un ennemi
La Saga McJames #3
de Mary Wine
 La musique des sombres passions
de Julie Garwood
 Le bâtard
Les demoiselles de Swan Park #1
de Sabrina Jeffries
Le dahlia bleu
Le Secret des fleurs #1
de Nora Roberts

« Voici venir les rêveurs » de Imbolo Mbue

Née en 1982 au Cameroun, Imbolo Mbue est parti en 1998 pour faire ses études aux États-Unis. Elle vit actuellement à Manhattan où son premier roman, Voci venir les revêurs a été publié..

Nous sommes à l’automne 2007 à New York et Jende Jonga, un immigrant illégal d’origine camerounaise, est en passe de réaliser son rêve : après avoir été plongeur et chauffeur de taxis, il vient de décrocher un emploi de chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier à la Lehman Brothers. Pour Jende, tout est désormais possible : il va enfin pouvoir offrir à Neni, son amoureuse, les études de pharmacienne dont elle rêve. Et surtout, pour les Jonga, le Graal est en vue : obtenir leur carte verte et devenir enfin des Américains.

 

Pour télécharger un extrait du roman il vous suffit de faire clic sur la couverture et puis faire clic en « télécharger un extrait »

3f

Et même si à New York les choses peuvent ne pas être celles que l’on croit, nous vous invitons tout de même à vous promener pour la grosse pomme en compagnie des personnages de ce roman. N’hésitez pas à zoomer sur la carte.

Un avant goût avec deux petites phrases que nous avons sélectionnées pour vous et un nuage de mots faites avec celles le plus utilisées dans le roman:

« Les mêmes choses n’importent pas aux mêmes gens. »

« Aucune femme qui a toute sa tête ne répondrait pas non à l’homme qu’elle aime, si cet homme veut l’épouser. »

voici-venir-les-reveurs

Pour aller plus loin, nous vous invitons à visiter notre section de littérature Africaine en faisant clic ICI.
Aussi, n’hésitez pas à regarder le catalogue complet de Belfond. 

Zoom sur « Je vais m’y mettre » de Florent Oiseau

Fred, la petite quarantaine, surfe sur l’écume des jours. Après des années à enchaîner jobs alimentaires et périodes de chômage, il a renoncé à faire carrière. Il passe désormais ses journées à dormir, manger des Knacki devant les émissions de Sophie Davant et boire des demis au bistrot du coin en attendant l’amour.

Jusqu’au moment où il découvre qu’il arrive en fin de droits, et que ses maigres allocations disparaîtront bientôt. Il n’a plus le choix : il doit s’y mettre.

Premier roman de Florent Oiseau, il est drôle et agréable à lire. Disponible dans notre catalogue il est paru chez Allary Editions. Nous avons contacté l’auteur nous lui a posé quelques questions que nous vous transcrivons ici.

PM. Comment fait un homme de votre âge pour se mettre (si bien) dans la peu d’un quadragénaire désabusé?

FO. De manière assez naturelle, en fait. Actuellement il est plutôt aisé de se sentir désabusé, ou d’imaginer l’être. Je ne dois mon mérite qu’à notre époque.

PM. Où êtes-vous allé chercher cette histoire?

FO. Dans un bistrot de Gambetta, au fond du bar, à proximité du flipper. Et un peu dans ma tête aussi.

PM. Dans votre livre, on voit le Paris du quotidien d’une classe sociale très présente dans la vie des quartiers mais au même temps, un peu dans la marge.

FO. L’absence de point d’interrogation rend cette phrase assez déroutante. Je suis un garçon vite débordé, du coup je préfère passer, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

PM. Vos personnages sont-ils inspirés de personnes que vous connaissez ? Si c’est le cas, ces personnes vous adressent encore la parole ?

FO. Je me suis servi à droite et à gauche ( je suis un peu le Modem, en fait ) et reste assez secret quand on me demande qui a pu m’inspirer et comment – ce qui me permet de conserver mes amis.

PM. Étiez-vous dans un esprit particulier durant l’écriture de votre roman ?

FO. Je venais de voir mon premier manuscrit refusé d’un peu partout et n’espérais plus trop une éventuelle publication. Je voulais juste participer à un concours – rémunéré – de nouvelles. Et m’acheter des rideaux avec l’argent du prix. Et puis le plan a changé. Mais je n’ai toujours pas de rideaux.

PM. A qui s’adresse ce livre ?

FO. Il s’adresse à pas mal de gens, je pense. Mais je sais surtout à qui il ne s’adresse pas: les amoureux du stakhanovisme et les grenouilles de bénitier.

PM. Quels sont les auteurs de votre génération que vous lisez (et que vous appréciez) aujourd’hui?

FO. Le seul auteur vivant que je lis assidûment se nomme Franz Bartelt. Je le trouve incroyable. Mais en fait, je lis assez peu. Je me demande parfois si je dois en avoir honte ou pas.

 

Nous vous invitons à télécharger un extrait en faisant clic sur la couverture du livre.

1864739

Et pour finir, un nuage des mots avec ceux qui sont le plus utilisés dans le texte:

je-vais-my-mettre

 

 

Découvrez les Etats-Unis à travers de la littérature

Nous vous proposons un livre par état. Cliquez sur l’état de votre choix et découvrez la lecture que nous vous conseillons. N’hésitez pas à utiliser le zoom.

Vous pouvez également vous servir de la liste faite avec les livres choisis en faisant clic ICI.

Zoom sur « Les simples prétextes du bonheur » de Nahal Tajadod

Nahal Tajadod est une écrivaine iranienne d’expression francophone. Docteure en chinois, elle pratique les trois systèmes d’écriture et travaille  sur les rapports historiques entre la Perse et la Chine. Cette mélange des langues nous a donné l’idée de vous présenter un petit tapis persan fait des mots les plus courant utilisés dans « Les simples prétextes du bonheur ».

Les simples prétextes

Présentation

Cécile Renan est une femme singulière. Elle est riche et spendide. Mais cette bonne fortune s’accompagne d’un frisson secret et tenace. Elle a peur de tout perdre, de se perdre, de traverser la vie tout en marchant à côté d’elle-même. Un jour, elle pousse la porte d’une épicerie iranienne à Paris. Que cherche-t-elle ? Elle l’ignore. Mais elle se lie avec le patron et sa famille délurée, fantasque, qui n’ont rien à lui refuser. Ils bouleversent la vie de Cécile et se laissent éblouir par elle.

Téléchargez un extrait

Paru chez JC Lattès, vous pouvez télécharger un extrait en allant à la notice du livre. Pour ce faire il vous suffit de cliquer sur la couverture du livre ci-dessous:

5fr

.

Littérature iranienne chez Feedbooks:

Vous pouvez trouver d’autres titres de littérature persane dans notre catalogue:

litper

Egalement paru chez JC Lattès, trouvez l’entrée du blog à propos de Belgravia de Julian Fellowes

 

PM