Zoom « Confident royal » de Shrabani BASU

par Pilar MARTINEZ

 » Je l’apprécie tellement. Il est si bon, doux et compréhensif… il m’apporte un réel réconfort.  » C’est en ces termes que la reine Victoria parla d’Abdul Karim, un Indien de confession musulmane qui fut son confident et son professeur d’urdu durant les dernières années de son règne. En moins d’un an, ce greffier adjoint de la prison d’Agra, âgé de vingt-quatre ans et fraîchement débarqué en Angleterre pour être serviteur lors du jubilé d’or de la reine, devint l’un des hommes les plus puissants de la Cour britannique. La relation intense et controversée qu’ils entretinrent manqua de déclencher une révolte au sein du Palais royal. Abdul n’en resta pas moins aux côtés de la monarque, jusqu’à la fin, usant notamment de son influence lors des premiers mouvements d’indépendance des colonies.

Soigneusement documenté et rédigé dans un style romanesque, ce livre aborde une période méconnue de la vie de la reine Victoria : une amitié extraordinaire et une histoire d’amour inoubliable.

 

De lecture très agréable « Confident royal » nous donne un aperçu de ce qui a été la passion de la reine Victoria pour l’inde ainsi que de l’intégration de celle-ci à l’empire britannique. Il a le mérite de rester aussi impartial que possible. La figure du munshi ainsi que celle de la reine y sont décrites plus par leurs actions et leur correspondance officielle et personnel que par de traits de caractère habituellement attribués à l’un ou l’autre personnage. 

Le Taj Mahal fait avec les mots les plus utilisés dans le livre

 

Dans Confident royal il est question à plusieurs reprises du Koh-i-Noor, un des diamants les plus grands du monde. Ayant appartenu à la famille du Maharajas Dhulîp, il est actuellement une possession de la couronne d’Angleterre.

Maharaja Ranjit Dhulîp, la couronne d’Angleterre et le portrait de la Reine Victoria avec.

  

Le livre a été publié en anglais (Inde) en 2006. Mais aujourd’hui il nous parvient pas le bias de Presses de la Cité avec une traduction de Marion Roman. Si vous souhaitez continuer votre voyage littéraire en Inde, nous vous invitons à consulter notre section spécialement dédiée à la littérature indienne.

Le livre a donné lieu à une adaptation cinématographique:

Nous voulons vous partager les images que nous avons trouvé du munshi:

Portrait de Mohammed Abdul Karim par Rudolf Swoboda.

 

La Reine Victoria prend ses leçons d’Hindoustani avec son munshi Abdul Karim.

 

Nous vous laissons aussi une phrase, rédigée par la Reine Victoria à l’attention de son médecin à propos du Munshi:

L’amertume et les vils sentiments de supériorité raciale sont forcément à la racine des comportements invraisemblables et de l’injustice déplorés l’an passé.

 

Finalement, nous vous rappelons que Feedbooks est une librairie plurilingue et que vous pouvez avoir également accès au livre dans sa version originelle en faisant clic sur sa couverture. Attention le livre risque de n’est pas être disponible dans certains territoires.