Focus sur les éditions Sonatine

par Bernard

Nous vous proposons aujourd’hui un focus sur les éditions Sonatine avec François Verdoux et Arnaud Hofmarcher.

En prime, nous avons ajouté tous les liens nécessaires pour découvrir au mieux le catalogue des éditions Sonatine.

 

LES AUTEURS EN VUE SUR LA BLOGOSPHÈRE LITTÉRAIRE

cliquez sur un auteur pour accéder à la notice et à la revue du web.

Sauf erreur de ma part, les éditions Sonatine ont été créées en 2008. Et dès février 2008, je me rappelle avoir entendu sur France Inter une chronique dithyrambique de Toujours L.A. de Bruce Wagner. Avez-vous été surpris par votre succès immédiat ?

Sonatine Editions a été créée en 2006 grâce à l’apport financier de Guy Martinolle. En accord avec lui et Arnaud Hofmarcher, nous avions décidé de « prendre le temps » de nous préparer à éditer les premiers titres en 2008 (8 livres) : charte graphique, achat de droits, traductions, travail éditorial, etc…  Il est exact que l’image de Sonatine s’est imposée très rapidement. C’est devenu un label de qualité. Alors, surpris ? Oui bien sûr. La clef de ce succès : nous avons travaillé avec un unique objectif : éditer ce qu’on aimait. Donc se faire plaisir (ce qui est toujours le cas) et faire plaisir aux autres qui ont été vite assez nombreux.

La force des éditions Sonatine, c’est la capacité à publier dans un même temps un roman noir par un auteur australien peu connu et le tout nouveau best-seller qui truste les meilleures ventes du New York Times.  Avez-vous des yeux et des lecteurs partout dans le monde ?

Internet nous permet d’avoir des yeux partout dans le monde. Nos goûts sont relativement éclectiques. Nous préférons en général travailler seuls plutôt qu’avec des agents, les heures de recherche nécessaires pour trouver un bon livre faisant, pour nous, partie intégrante du plaisir d’être éditeur. Trois facteurs qui nous permettent de proposer en effet un programme à la fois varié et hors des sentiers battus.

Qu’est-ce qui déclenche l’envie de publier un auteur, de publier toute la production d’un auteur ou au contraire d’arrêter de publier un auteur ?

La qualité de ses livres, uniquement. Elle est à l’origine de notre prise de décision. Lorsque la nouveauté de l’auteur nous paraît moins bonne, nous préférons arrêter. Certains écrivains, en revanche, comme R.J. Ellory ou Robert Goddard font preuve d’une constance réjouissante.

Plus que les thrillers psychologiques, j’apprécie personnellement des auteurs comme Harry Crews, Shannon Burke et Kem Nunn. Rencontrent-ils le même succès ?

Il serait exagéré de prétendre que les chiffres de vente de Harry Crews ou de Kem Nunn atteignent ceux de S.J. Watson ou de Gillian Flynn. En revanche, les romans des auteurs que vous citez sont toujours d’une qualité rare. Raison pour laquelle nous continuons à les publier. Et les succès de certains thrillers psychologiques comme ceux cités plus haut nous permettent de conserver une certaine souplesse et de s’attacher encore à publier ce qui nous plaît sans trop nous inquiéter des chiffres de vente.

 

NOS INTERVIEWS

Interview de Chuck Palahniuk

Chuck Palahniuk : « Mes livres parlent toujours de gens qui se battent pour détenir ou garder le pouvoir. »

Interview de David Corbett

David Corbett : « Il n’est pas tant corrompu que voulant croire que la poursuite du bien peut excuser des méthodes moralement très douteuses. »

Harry Crews, un maître du grotesque

Maxime Lachaud : « Harry Crews est un maître du grotesque. »

Interview de Emma Healey

Emma Healey : « Je pense qu’on ne peut jamais vraiment faire confiance à la mémoire. »

Interview de Gillian Flynn

Gillian Flynn : « Mon mari, brave homme, savait que j’avais l’esprit tordu bien avant de m’épouser. »

Interview de Paul Cleave

Paul Cleave : « J’entends toujours des voix. »

Interview de R. J. Ellory

R. J. Ellory : « Nous avons tous une personnalité borderline. »

Interview de Peter Doggett

Peter Doggett : « L’histoire des Beatles est devenue quelque chose qui tient davantage du conte de fées. »

Interview de Shannon Burke

Shannon Burke  : « L’écriture était à la fois cathartique et également un moyen de me protéger des événements. »