Le massacre du 17 octobre 1961

par Bernard

Le 17 octobre 1961, à Paris, des dizaines de milliers d’Algériens manifestant sans arme ont été violemment réprimés par des policiers aux ordres du préfet Maurice Papon. On évalue à deux cents morts le massacre, avec des dizaines de personnes retrouvées noyées dans la Seine.

Ce n’est qu’en 2012, à l’occasion du 51e anniversaire de la manifestation, que le président français François Hollande au nom de la République, reconnaîtra la « sanglante répression » au cours de laquelle ont été tués « des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ».

Meurtres pour mémoire

Télécharger le roman

D.Daeninckx

Interview de Didier Daeninckx

Le 17 octobre des Algériens

Télécharger ce document

Le 17 octobre 1961 par les textes de l'époque

Télécharger ce document

 

MEURTRES POUR MÉMOIRE.  Paris, octobre 1961 : à Richelieu-Drouot, la police s’oppose à des Algériens en colère. Thiraud, un petit prof d’histoire, a le tort de passer trop près de la manifestation qui fit des centaines de victimes. Cette mort ne serait jamais sortie de l’ombre si, vingt ans plus tard, un second Thiraud, le fils, ne s’était fait truffer de plomb, à Toulouse.

Meutres pour mémoire

Vous êtes un écrivain reconnu. Après voir été imprimeur, vous avez été un temps journaliste localier. Vous êtes aussi un peu bibliothécaire, archiviste, documentaliste, historien. Il y a des passerelles entre tous ces métiers mais aussi des barrières. Comment vous faites fi de ces dernières ?

Le roman est un chantier, et plus on a de choses qui traînent, même si au premier abord elles paraissent inutiles, mieux c’est. Je me sers de toutes mes expériences, celle du travail manuel, de l’esprit d’équipe qui règnait dans les ateliers, de mon passage dans les rédactions de petits journaux. Je me souviens que je cherchais à rendre intéressant pour le lecteur le moindre article sur la réfection des trottoirs : si on lui raconte que le bitume qu’on va couler devant la porte de sa maison provient de tel ou tel coin du Moyen-Orient ou de Perse, cela modifie sa vie. En sortant de chez lui, c’est un peu de voyage, un peu d’ailleurs, qui se colle à sa semelle. La fréquentation des historiens m’a permis de ne pas me perdre dans les labyrinthes des archives. Le fait d’avoir animé un ciné-club itinérant pendant deux ans laisse des traces sur mes personnages. Pour moi, le roman consiste en la création d’un univers à partir de mille éléments hétéroclites ; c’est le point d’équilibre que je trouve en assemblant ce qui aurait dû rester étranger à tout jamais.

Vous avez écrit sur Aubervilliers, la Seine Saint-Denis, le 17 octobre 1961, les Kanak, les Roms, contre le négationnisme… et tous vos écrits fourmillent de détails historiques. Avez-vous la tête dans les archives en permanence ?

Non, je fréquente assez peu les archives. Je l’ai fait très minutieusement pour l’écriture de Missak, roman sur le groupe Manouchian dont témoigne l’Affiche Rouge, la chanson de Léo Ferré sur un poème de Louis Aragon. J’ai eu accès aux archives policières, aux procès verbaux des interrogatoires sous torture, aux dossiers d’épuration des policiers des Brigades Spéciales. J’ai compulsé les archives du PCF réunies à Bobigny. J’ai découvert des archives inédites, dont l’avant-dernière lettre de Missak Manouchian qui m’a mis sur la piste d’un aventurier politique incroyable, Arpen Dav’tian… Pour mon dernier roman, Galadio, j’accumulais depuis dix ans des notes au sujet des Métis nés en Allemagne après la guerre de 14-18, suite aux rencontres amoureuses entre des soldats des troupes coloniales françaises qui occupaient la Rhur et de jeunes Allemandes. Un jour, j’ai trouvé le personnage qui pouvait porter avec légèreté tout ce passé, et je l’ai baptisé “Galadio”.

suite de l’interview

 

Feedbooks vous propose la lecture gratuite du premier chapitre de ce roman.

 

 SAÏD MILACHE

La pluie se mit à tomber vers quatre heures. Saïd Milache s’approcha du bac d’essence afin de faire disparaître l’encre bleue qui maculait ses mains. Le receveur, un jeune rouquin qui avait déjà son ordre de mobilisation en poche, le remplaçait à la marge de l’Heidelberg.
Raymond, le conducteur de la machine, s’était contenté de ralentir la vitesse d’impression et il revenait maintenant à la cadence initiale. Les affiches s’empilaient régulièrement sur la palette, rythmées par le bruit sec que faisaient les pinces en s’ouvrant. De temps à autre Raymond saisissait une feuille, la pliait, vérifiait le repérage puis il glissait son pouce sur les aplats pour s’assurer de la qualité de l’encrage.
Saïd Milache l’observa un moment et se décida à lui demander l’une des affiches de contrôle. Il s’habilla rapidement et sortit de l’atelier. Le gardien faisait les cent pas devant la grille. Saïd lui tendit l’autorisation d’absence obtenue le matin en prétextant la maladie d’un proche. Trois motifs en moins de dix jours ! Il était temps que cela se termine.
Le gardien prit le papier et le mit dans sa poche.
— Eh bien Saïd, on dirait que tu les fabriques ! Si ça continue tu n’auras même plus besoin de venir jusqu’ici, tu enverras tes bons de sortie par la poste !
Il se contraignit à sourire. Les relations avec ses compagnons de travail restaient amicales tant qu’il s’efforçait de fermer son esprit à leurs incessantes remarques.
Lounès l’attendait plus haut, au coin du passage Albinel. Il lui fallait traverser le canal Saint-Denis et longer les cabanes de bois et de tôle qui avaient envahi les berges. Le pont faisait une bosse, et par temps clair, on voyait le Sacré Cœur en entier, derrière l’énorme cheminée en brique rouge de Saint-Gobain. Il ralentissait et s’amusait à bouger la tête pour placer la Basilique sur les collines de soufre entreposées dans l’enceinte de l’usine. Pour y parvenir, il se baissait parfois sans se soucier de l’étonnement des passants. En contrebas, sur le quai, une grue extrayait des profondeurs d’une péniche des blocs de métal qu’un Fenwick emmenait aussitôt vers les hangars de Prosilor.
Il traversa l’avenue Adrien Agnès pour s’enfoncer dans le quadrillage serré du bidonville. Quelques Français occupaient encore les maisons situées en périphérie. Deux vieilles femmes, de larges cabas de toile cirée à la main, discutaient à voix haute des mérites comparés de l’huile Dulcine et de la margarine Planta. Le café-épicerie du « Breton » était vide hormis un jeune garçon qui jouait au flipper.
Chez Rosa, chez Marius, Café de la Justice, l’Amuse Gueule, le Bar du Gaz. Les cafés, restaurants, hôtels, plus misérables les uns que les autres se succédaient maintenant. Au fil des années les propriétaires avaient revendu leur affaire à des Algériens et ceux-ci conservaient l’enseigne d’origine.
Seule exception, le Djurdjura, dernier commerce arabe avant le quartier espagnol. Saïd poussa la porte vitrée et s’avança dans la vaste salle. L’odeur habituelle, mélange de sciure et d’humidité, montait du parquet désinfecté à l’eau de Javel. Une dizaine d’hommes, groupés sur les chaises entourant le poêle à charbon, observaient deux joueurs de dominos.
Saïd s’accouda au bar sans que personne ne prête attention à lui.
— Lounès est arrivé ?
Le patron fit signe que non et lui servit un café.
Par la vitre Saïd pouvait voir une bâtisse imposante, la plus importante du quartier en dehors des usines. A la vérité, seul un campanile équipé de trois cloches signalait qu’il ne s’agissait pas d’un atelier supplémentaire. Il n’avait franchi qu’une seule fois le seuil de la mission « Santa Térésa de Jésus », invité au mariage d’un compagnon de travail catalan.
Le carillon de la porte d’entrée fut couvert par le claquement des dominos sur la table de formica.
— Salut Saïd. Je suis en retard, le patron ne voulait pas me laisser sortir…
Saïd se retourna et posa une main sur l’épaule de Lounès.
— L’essentiel, c’est que tu sois là. Passons dans le bureau, il nous reste à peine une heure.
Ils se trouvaient à présent dans une pièce minuscule encombrée de caisses, de bouteilles. Sur une table, des piles de papiers, de factures entouraient un téléphone noir.
Saïd décrocha un tableau publicitaire offert par les vins « Picardy ». Il fit glisser le cadre ; avec d’infinies précautions, il tira une feuille dissimulée entre le carton de protection et la reproduction. Lounès s’était installé au bureau.
— Tu as vu, Reims ne tiendra pas le coup. Je suis certain qu’ils se feront avoir avant la fin du championnat. Trois à un contre Sedan ! Encore un match comme ça et Lens prend la tête.
— Nous avons des choses plus sérieuses à faire que de parler football. Téléphone aux quinze chefs de groupe. Dis-leur simplement « REX », ils comprendront. Pendant ce temps je passe voir les responsables du secteur. Rejoins-moi devant Pigmy-Radio avec la voiture d’ici trois quarts d’heure. N’oublie pas de remettre la liste à sa place.

*

Saïd et Lounès garèrent la Quatre Chevaux à la Villette, boulevard Mac Donald, juste après l’arrêt du P.C. puis ils se dirigèrent vers la bouche du métro. Un vent glacé dispersait les feuilles mortes ; il ne fallut que quelques instants à la pluie fine et serrée pour traverser le tissu mince de leurs vestes. La caserne des Gardes Mobiles semblait calme bien que le parc de stationnement fût entièrement occupé par les Berliet bleus des Compagnies Républicaines de Sécurité.
Une rame quittait la station. Le poinçonneur les fit patienter un instant avant de perforer leurs tickets. Lounès se dirigea vers le plan du réseau et pointa du doigt la station « Bonne-Nouvelle ».
— On peut changer à « Gare de l’Est » puis à « Strasbourg-Saint-Denis ». Ou alors, « Chaussée d’Antin » direct ?
— Par « Chaussée d’Antin ». Ça paraît plus long mais nous n’aurons qu’un seul changement. Nous y serons plus rapidement.
A chacun de ses arrêts, le métro se remplissait d’Algériens. A « Stalingrad », il était bondé ; les rares Européens se lançaient des regards angoissés. Saïd souriait. Il se rappela brusquement l’affiche qu’il avait réclamée à Raymond avant de quitter l’imprimerie. Il la sortit de sa poche, la déplia avec soin avant de la montrer à Lounès.
— Regarde un peu ce que je tourne sur ma machine depuis deux jours !
Au-dessus d’une photo de Giani Esposito et de Betty Schneider un court texte présentait le premier film de Jacques Rivette dont le titre s’étalait en caractères bleus sur toute la largeur de la feuille : « PARIS NOUS APPARTIENT ».
— Tu te rends compte Lounès, Paris nous appartient.
— Pour un soir… Si cela ne tenait qu’à moi, je leur laisserais bien Paris. Paris et tout le reste, pour un petit village du Hodna.
— Je me doute de son nom…
— Alors dis-le !
Saïd devint grave.
— Ne t’en fais pas, si nous sommes là ce soir, c’est pour avoir le droit de devenir vieux à Djebel Refaa.

*

A dix-neuf heures vingt-cinq, le mardi 17 octobre 1961, Saïd Milache et Lounès Tougourd montaient les marches du métro « Bonne-Nouvelle ». Au grand « Rex » on jouait les « Canons de Navarone » ; plusieurs centaines de parisiens attendaient, en ordre, la séance de vingt heures.

 

ROGER THIRAUD

Ce n’était pas uniquement le Moyen-Age qui pesait sur la classe et lui donnait cette atmosphère languissante. Les premiers froids et la pluie qui assombrissaient la vieille bâtisse y étaient pour beaucoup, ainsi que le repas trop consistant pris au réfectoire du Lycée.
Au début du cours, Roger Thiraud se demandait avec inquiétude s’il ne fallait pas chercher l’origine de cette léthargie dans l’orientation donnée à sa leçon. Depuis que sa femme était enceinte, il se passionnait pour l’histoire de l’enfance et introduisait de fréquentes réflexions sur ce sujet, dans ses exposés.
Qui s’est jamais soucié de la condition du nourrisson au XIIIe siècle ? Personne ! Pourtant, il lui semblait que ce type de recherche valait bien celles menées par des dizaines d’éminents spécialistes, sur des événements aussi décisifs que la circulation des pièces de bronze dans le Bassin Aquitain, ou l’évolution de la hallebarde en Bas-Poitou.
Il toussa et reprit.
— … Après la période d’allaitement naturel (il n’osait pas dire « au sein » devant ses élèves), il n’était pas rare au XIIIe siècle de voir la nourrice, dès que le bébé perçait des dents, mastiquer la nourriture avant de la glisser dans la bouche de l’enfant.
Les vingt-deux élèves se réveillèrent d’un coup et manifestèrent bruyamment leur dégoût de mœurs aussi répugnantes. Roger Thiraud les laissa se détendre, puis il frappa le tableau de l’extrémité de sa règle.
— Hubert, approchez-vous. Montez sur l’estrade et inscrivez les titres des ouvrages suivants, que vous devrez tous, et je dis bien TOUS, consulter à la bibliothèque du Lycée. Premièrement « De proprietatibus rerum » de Barthélémy l’Anglais, chapitre six ; cela aura l’avantage de vous familiariser davantage avec la langue latine. Deuxièmement les « Confessions » de Guibert de Nogent. Le cours est terminé. Nous nous reverrons vendredi à quinze heures.
La salle se vida à l’exception d’un jeune garçon qui recevait deux fois la semaine une leçon particulière de latin. L’adolescent habitait place du Caire ; ils avaient pris l’habitude de remonter ensemble le Faubourg Poissonnière en parlant des événements de la journée. Avant d’arriver aux boulevards, Roger Thiraud prétexta une course chez un traiteur pour quitter le jeune garçon. Il s’engagea dans la rue Bergère, fit rapidement le tour du pâté de maison qui abrite l’immeuble du journal l’Humanité et se retrouva sur le Boulevard. Il observa, deux cents mètres plus haut, son élève qui traversait en courant au milieu du flot des voitures. Il marcha dans cette direction avant de s’arrêter à la devanture du « Midi-Minuit ». Il entra furtivement dans le hall, paya sa place et pénétra dans la salle noire. Il tendit son ticket à l’ouvreuse ainsi qu’une pièce de vingt centimes. Le film était commencé ; il lui faudrait attendre le début de la séance suivante pour en connaître le titre.
Chaque semaine, le mardi ou le mercredi, ces deux heures de rêve récompensaient l’effort intense qu’il accomplissait pour sauter le pas et s’asseoir dans ce lieu de perdition. Pour ne pas leur ressembler !
Il s’imaginait sans peine l’indignation de ses collègues apprenant que M. Thiraud — vous savez ce jeune professeur de latin et d’histoire dont la femme attend un enfant — fréquentait les cinémas où l’on projette des films indignes d’un esprit scientifique.
Comment leur expliquer sa passion pour le fantastique ? Aucun d’eux ne lisait Lovecraft ! A peine s’ils connaissaient Edgard Poe. Alors, Boris Karloff et Donna Lee dans le « Récupérateur de cadavres »… Le film durait à peine une heure un quart ; il sortit de la salle avec, en tête, le nom du réalisateur. Wise, Robert Wise. Un cinéaste à retenir.
Il hésita entre le « Tabac du Matin » et le self-service situé au rez-de-chaussée de l’Humanité. On pouvait y prendre un café, l’emporter à une table sur un plateau et tout en dégustant le liquide brûlant, s’amuser à reconnaître au passage les grandes signatures du journal, les plus illustres figures du Parti Communiste. Thorez, Duclos, même Aragon venaient ici se restaurer entre deux réunions ou attendre que leur article arrive au marbre.
Ce soir malheureusement, il avait trop traîné ; il se contenta d’une consommation au comptoir du Tabac. Le « Monde » titrait sur les difficultés du traité franco-allemand et les rumeurs insistantes qui circulaient dans les couloirs du vingt-deuxième Congrès, là-bas, à Moscou.
Avant de traverser le boulevard Bonne-Nouvelle sous la guirlande lumineuse du « Rex » annonçant la Féérie des Eaux, il acheta un bouquet dé mimosa et deux pâtisseries. Il songea au jour où il en faudrait trois et sourit. Tout à ses pensées, il faillit être accroché par deux jeunes gens, un garçon et une fille, juchés sur une mobylette orange.
Il lui restait à grimper les quinze marches de la rue Notre-Dame de Bonne-Nouvelle pour se retrouver chez lui. Il regarda machinalement vers le métro, ainsi qu’il faisait quelques années auparavant en attendant Muriel. Deux Algériens, le col relevé pour s’abriter du vent, apparurent au même instant. La montre de Roger Thiraud marquait dix-neuf heures vingt-cinq, le mardi 17 octobre 1961.

 

KAÏRA GUELANINE

Les deux moutons reculèrent, effrayés, lorsque la motocyclette quitta le chemin et vint s’immobiliser au bord du terrain qui leur servait de pâture. Aounit maintenait le ralenti en relançant le moteur de temps à autre. Il porta l’index et le majeur de sa main libre à la bouche, siffla longuement, puis il fit signe au jeune garçon de venir près de lui.
— Il faut que tu rentres tout de suite, papa a besoin de toi à la boutique.
— Et mes moutons ?
— N’aie pas peur, ils ne partiront pas ! Que veux-tu qu’ils fassent… qu’ils se jettent dans la Seine ? Allez, monte derrière moi.
L’enfant s’installa sur le siège de la Flandria, bloqua le rebord de ses talons sur les boulons du moyeu de la roue motrice et agrippa fermement l’armature de la selle. Aounit conduisait vite. Il faisait de brusques écarts pour éviter les mares d’eau, les plaques de boue. On aurait pu croire que toute son attention était mobilisée mais il trouvait le moyen de parler avec son frère.
— Ce soir je vais à Paris, avec Kaïra. Ça tombe mal, il reste trois bêtes à préparer pour le mariage du fils Latrèche. Tu n’as pas d’école demain ?
— Non, l’instit est malade et tu sais, le mardi soir j’ai mon match. En plus, on rencontre l’équipe de l’avenue de la République.
— Sur le terrain du Cimetière des Vieux ?
— Non, aux Hirondelles. En plus, ils jouent à domicile ! Ça va pas être facile. Si je ne viens pas, ils mettront le gars d’El Oued dans les buts, pour me remplacer. C’est une vraie couscoussière.
— On dit « une passoire » en français.
— Et « El Oued », tu crois que c’est français !
La mobylette s’engagea sur le chemin de halage à hauteur de l’Ile Fleurie pour contourner les entrepôts des Papeteries Réunies. Un brouillard froid mêlé de pluie commençait à tomber ; il enveloppait déjà les éléments supérieurs de l’usine à gaz.
Ils entrèrent en trombe dans le bidonville par la rue des Prés. Les pétarades du moteur deux temps attirèrent vers eux une nuée de gamins dont chacun avait une seule idée en tête : monter à l’arrière de l’engin. Aounit ralentit et se dirigea vers l’une des rares baraques de ciment. Un homme portait sur l’épaule un mouton écorché. Du pied, il ouvrit la porte où figuraient, tracées à la craie, les lettres majuscules du mot « BOUCHERIE ». La fenêtre de la maison faisait office de comptoir ; deux clients attendaient dans la rue, que le commerçant les serve. A côté, des hommes s’affairaient à colmater le toit d’une masure en clouant, aux jointures des planches, des bandes de caoutchouc prélevées sur des pneus usagés.
Aounit entra dans la boutique en poussant sa Flandria, traversa la pièce et déboucha dans la cour intérieure. Cela faisait cinq ans que son père avait acheté, pour 300 000 anciens francs, la baraque 247 à une famille de Gèmar qui retournait au pays. A cette époque, en 1956, ils ne disposaient que de trois pièces et de la cour. La boutique, la chambre des parents où dormaient également les plus jeunes enfants et la chambre qu’il partageait avec son frère et Kaïra. Par la suite, son père et lui avaient bâti deux autres pièces ce qui permettait à sa sœur aînée d’être plus indépendante.
Kaïra l’attendait dans la cour. Elle ne ressemblait pas aux autres jeunes femmes du bidonville. A vingt-cinq ans, toutes ses amies étaient mariées depuis des années et traînaient derrière elles une armée de marmots. Cette cour, ou une autre toute semblable, constituait leur seul univers avec le Prisunic de Nanterre. Un horizon de terrains vagues coincé entre les usines et la Seine, à dix minutes d’autobus des Champs Elysées ! Kaïra connaissait des femmes dont le dernier pas en dehors du bidonville remontait à deux, voire trois ans.
Sa mère était ainsi. Le jour de sa mort, Kaïra s’était juré de ne pas être une simple hypothèse de femme. Elle s’occupait de ses frères et sœurs, de tout ce que nécessite la vie quotidienne de six personnes. Les achats, la cuisine, le contrôle des leçons, le ménage, l’entretien des vêtements, l’approvisionnement en bois, en charbon ; et par dessus tout, de la corvée d’eau. Ces seaux qu’il fallait remplir hiver comme été à la fontaine de la place, entreposer dans la cour pour la cuisine, la lessive, la toilette, la boutique…
Elle se tenait à son serment et, en contrepartie de cette soumission acceptée au bonheur des siens, elle se libérait, insensiblement, du fardeau des traditions. Cette lente évolution était marquée, aux yeux du voisinage par de soudaines audaces inimaginables de la part d’une « véritable femme algérienne ».
Kaïra se souvenait du premier matin où, tremblante, elle avait osé sortir en pantalon. Pas un « blue jean » comme en portaient ses frères mais un tergal, ample, qui masquait ses formes aussi bien qu’une robe. Personne ne s’était permis de réflexion à voix haute sur son passage, à peine quelques sourires vite effacés par son regard fixe. Elle ne ménageait pas sa fierté ; elle aurait préféré mourir plutôt que d’avouer s’être entraînée des semaines entières à la maison, avant d’affronter le jugement des autres.
Elle s’avança vers son frère, un verre à la main.
— Tiens bois, c’est de l’orangeade. Alors, tu te décides à venir avec nous ?
— Je me tiens à ce que je t’ai dit. Je veux bien t’accompagner jusqu’à ton rendez-vous et je file au « Club » le plus vite possible. Ce soir il y a « Les Chats Sauvages » qui passent dans l’émission d’Albert Reisner. Ce qui est sûr, c’est que je louperai le début.
— Si ça t’embête de m’emmener, je prendrai le bus et le métro.
Aounit passa ses bras autour des épaules de Kaïra, l’embrassa doucement sur la joue.
— Tu es drôlement susceptible dès qu’on parle de ton amoureux…
Elle se dégagea vivement de l’étreinte et se réfugia dans la cuisine.
— Pense ce qu’il te plaît ! Pour être à Paris à sept heures et demie avec les transports en commun il faudrait partir tout de suite. Je dois encore rencontrer les gens des autres quartiers de Nanterre. Sans même parler de ça, le couscous n’est pas prêt ; ce n’est pas toi qui t’occuperas de donner à manger aux petits.
— Oublie ce que j’ai dit, je voulais simplement te taquiner. A quelle heure ça doit se terminer ?
— Je ne sais pas, dix ou onze heures, mais ne t’inquiète pas, Saïd et Lounès me ramèneront à la maison. Ils se sont mis d’accord avec un de leurs amis qui habite rue de la Garenne, près des ateliers de Simca. Demain matin ils descendront à la Porte Maillot, ils prendront le P.C. jusqu’à la Villette. Lounès a laissé sa voiture tout près de là.
— Ce serait plus simple que vous alliez tous ensemble, cette nuit, reprendre la voiture. Ça leur éviterait de déranger le gars de la Garenne.
— Tu as peut-être raison mais nous avons des consignes. Nous serons beaucoup plus en sécurité dans le métro que dans une voiture après la surprise qu’on leur prépare !
Tout en parlant Kaïra malaxait le couscous et cassait entre ses doigts les grumeaux de semoule. A l’aide d’une cuillère elle déposa quelques œufs dans une casserole d’eau bouillante, puis mit la table pour les enfants. Elle sortit trois yaourts « Vitho » du garde-manger grillagé suspendu au mur.
— Tu diras au père que tout est prêt.
Elle quitta la maison et dans la rue, salua les clients de son père. Elle se dirigea vers les maisons de la Compagnie des Eaux. C’est là que logeaient les premiers habitants du bidonville. La Compagnie, on ne sait pour quelle obscure raison, avait laissé ce terrain en friche en abandonnant à leur sort quatre pavillons rudimentaires, des sortes de grosses boîtes rectangulaires en brique rouge. Plusieurs familles s’y étaient installées, avaient agrandi leurs logements en édifiant un étage au moyen de tôles et de planches. Au fil des mois et des années d’autres familles les avaient rejointes et, aujourd’hui, les pavillons formaient le centre et le point culminant d’une agglomération de huttes, de gourbis où vivaient cinq mille personnes : le bidonville des Prés.
Avant de monter à l’étage, Kaïra frotta une allumette et éclaira les marches disjointes. Trois femmes et un homme l’attendaient dans une pièce sommairement meublée. Ils se levèrent à son entrée, portèrent chacun leur tour la main au cœur et au front après l’avoir saluée.
— Nous disposons de peu de temps, alors écoutez bien. Notre objectif c’est en premier lieu, le pont de Neuilly. Vous avez rendez-vous à huit heures moins cinq avec ceux de Bezons, Sartrouville et Puteaux sur le quai De Dion Bouton, en face des Jardins Lebaudy. Les gens de Colombes, Courbevoie et Asnières seront de l’autre côté du pont, sur le quai Paul Doumer, à la hauteur de l’Ile de la Grande Jatte. Pour vous rendre à Neuilly, vous devez passer par Puteaux en évitant les principaux axes. Surtout faites attention à ne pas approcher du Mont Valérien, c’est plein de flics. A mon avis l’itinéraire le plus sûr c’est la rue Carnot et les Bas-Rogers, vers l’ancien cimetière. Arrivés là, vous attendez sans bruit qu’il soit huit heures moins cinq et vous grimpez sur le pont de Neuilly. Kémal et ses hommes seront sur place, ils vous indiqueront ce qui a été décidé.
Elle se leva, mais l’homme la retint par la manche de son tricot.
— Kaïra, tu peux nous le dire, maintenant ça n’a plus d’importance. Alors, on descend où ? Sur les Champs-Elysées ?
— Qui sait ? Nous allons peut-être débaptiser la place de l’Etoile et l’appeler place du Croissant et de l’Etoile !
Aounit patientait au bout de la rue. Elle parvint à sa hauteur en courant du bout des pieds sans toujours réussir à éviter les flaques d’eau et de boue. Elle serra un foulard sur ses cheveux, s’installa sur la mobylette derrière son frère et s’accrocha à sa taille. Ils traversèrent les rues de Nanterre vidées par la pluie. Au passage, elle reconnut l’usine de sable avec son tapis élévateur et bien après les jardins ouvriers, le château d’eau juché sur ses quatre pieds de béton. Trois jours auparavant, une équipe venue de la cité de transit avait osé, en plein jour, escalader l’édifice pour ajouter aux trois lettres peintes en blanc O.A.S. le I et le S qui faisaient de la réserve d’eau une OASIS. Ils entrèrent dans Paris par le pont de Puteaux et rattrapèrent l’avenue Foch à travers le Parc de Bagatelle et le Bois de Boulogne. Aounit passait ses journées à sillonner la ville pour une petite entreprise de livraison ; il contourna en se dirigeant avec sûreté les carrefours les plus encombrés en début de soirée. Plus sa sœur le suppliait d’être prudent, plus il poussait le moteur. Il franchit à l’orange le dernier feu du boulevard Bonne Nouvelle et manqua de renverser un piéton distrait qui s’avançait sur le passage clouté, les bras encombrés de fleurs et d’une boîte de gâteaux. Kaïra poussa un cri.
— Arrête-toi Aounit, nous sommes arrivés. Saïd m’attend à la sortie du métro devant la boutique d’un photographe. Viens avec moi, au moins pour lui dire bonjour.
Aounit attacha sa mobylette à un poteau d’interdiction de stationner ; ils remontèrent le boulevard sur quelques dizaines de mètres. Il n’y avait encore personne devant le studio « Muguet », mais ils durent ralentir le pas car devant eux, marchait l’homme qu’ils avaient failli écraser. Heureusement, il s’engagea dans une rue qui butait à droite, contre des escaliers. Au même moment, Kaïra distingua le visage de Saïd qui émergeait de la bouche de métro. Son cœur s’emballa ; malgré le froid, elle sentit ses joues la brûler. Elle respira profondément par le nez pour ne pas s’élancer vers lui.
A la devanture de la bijouterie qui faisait l’angle de la rue Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, une imposante horloge munie d’un balancier de cuivre marquait dix-neuf heures vingt-cinq. Le dix-sept octobre 1961.

Télécharger Meurtres pour Mémoire.